ici on joue tout simplement
Bienvenue sur "ici on joue tout simplement"

ici on joue tout simplement

Venez jouer et créer vos jeux, et POURQUOI PAS DISCUTER DE TOUT ET DE RIEN,
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 EPHEMERIDES journalier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Ven 26 Juin - 10:43

size=24]
Le 26 juin est le 177e jour de l'année du calendrier grégorien,[/size]

le 178e en cas d'année bissextile. Il reste 188 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 8e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l'échalote.


26 juin 1945 : Fondation de l'ONU

Le 26 juin 1945, à San Francisco, les représentants de 51 pays fondent l'Organisation des Nations Unies (ONU) conformément aux principes de la Charte de l'Atlantique (1941).
La nouvelle institution remplace la Société des Nations (SDN), née en 1920 des suites de la Première Guerre mondiale et établie à Genève. Son siège est fixé à New York, au bord de l'East River, dans la métropole de la principale puissance mondiale...
suite de l'article ( Herodote.net )

26 juin 1957 "Quand on a que l'amour":

le premier succès de Jacques Brel en France
Jacques Brel publie "Quand on a que l'amour", extrait de son deuxième 33 tours, sous le label Philips. Le titre
https://www.youtube.com/watch?v=uNMwYZiBFV0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Sam 27 Juin - 8:40

27 juin 1795 Des émigrés royalistes débarquent dans la presqu'île

de Quiberon, en Bretagne, pour renverser le régime de la Convention; ils échoueront et le Comité de salut public en fera fusiller plus de 700.

27 juin 1893 - Un effondrement boursier, aux États-Unis,

provoque la faillite de 600 banques et de 74 compagnies ferroviaires.

27 juin 1894 Jean Casimir-Perier, est élu président de la République française, 6 ème président de la République.


Soutenu par la droite, il est élu président de la République par 451 voix contre 195 pour Henri Brisson et 97 pour Charles Dupuy. Cette élection est loin de le satisfaire, d'autant qu'il est très vite considéré par les radicaux et les socialistes comme le « président de la réaction ». Il devient immédiatement une des cibles favorites de la gauche, qui l'exècre pour son appartenance à la haute bourgeoisie. Propriétaire de la majeure partie des actions des mines d'Anzin, il est surnommé « Casimir d'Anzin »3. Les campagnes de presse hostiles se multiplient, tout comme les procès pour offense au chef de l'État : le plus célèbre est celui où le journaliste Gérault-Richard est défendu par Jaurès qui, dans sa plaidoirie, dresse un véritable réquisitoire contre Casimir-Perier et sa politique4. De tempérament susceptible, le président est atteint par ces attaques. Il démissionne au 16 janvier 1895,
Élu à l’âge de 46 ans, il est le deuxième plus jeune jamais élu à cette fonction, toutes républiques confondues, après Louis-Napoléon Bonaparte. Il détient aussi le record du mandat de président de la République française le plus court, soit 6 mois et 16 jours.

27 juin 1957 -
L'ouragan Audrey fait plus de 500 morts, sur les côtes du Texas et de la Louisiane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Dim 28 Juin - 10:43


Le 28 juin est le 179e jour de l'année du calendrier grégorien,

le 180e en cas d'année bissextile. Il reste 186 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 10e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la faucille.

28 juin 1833 : Guizot instaure un enseignement primaire public

Le 28 juin 1833, au début du règne de Louis-Philippe 1er, le ministre François Guizot fait voter une loi instaurant en France un enseignement primaire public.
Chaque commune doit, dans les six ans qui suivent, devenir propriétaire d'un local d'école, loger et entretenir un ou plusieurs instituteurs et instruire tous les enfants en échange d'une rétribution mensuelle des familles. L'enseignement est gratuit pour les enfants des familles pauvres - un sur trois environ -.
Dans un pays où un adulte sur deux est encore analphabète, la loi Guizot va contribuer de manière décisive à répandre l'instruction. Elle sera complétée sous le règne de Napoléon III, dans les années 1860, par l'action législative du ministre Victor Duruy et sous la IIIe République, dans les années 1880 par celle de Jules Ferry. ( Herodote.net )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Lun 29 Juin - 9:59


29 juin 1776 Fondation de San Francisco
Le 29 juin 1776, deux Pères franciscains venus du Mexique voisin célébrent la messe au fond d'une magnifique baie de la côte californienne... Cela se passe cinq jours avant la déclaration d'Indépendance des futurs États-Unis d'Amérique !
À cet endroit s'élève aujourd'hui l'une des plus belles cités américaines.
Gabriel Vital-Durand.
Les Franciscains en Californie
La ville de San Francisco doit donc sa naissance... et son nom à l'ordre religieux des franciscains, fondé par Saint François d'Assise.
Né en 1713 à Majorque (Baléares), le père Junipero Serra fonde une mission à San Barnabé, près de Monterey, au nord de la colonie de Nouvelle-Espagne (l'actuel Mexique). De là, il lance des expéditions vers la Californie, encore inexplorée et à l'écart de la civilisation occidentale. En quelques années, sous son impulsion, les franciscains fondent en Californie 21 missions.


Le 15 décembre 1774, le vice-roi de Nouvelle-Espagne, Bucareli, adresse au Père Junipero Serra une lettre où il l'invite à rejoindre une expédition vers une baie d'importance stratégique, en Californie centrale, sous le commandement du capitaine de marine Juan Bautista de Anza.
Un premier camp militaire est établi en ce lieu et les Pères Palou et Cambon y célèbrent la messe pour la première fois devant une modeste cabane, la mission Dolorès. Le lieu reçoit le nom de San Francisco en l'honneur de saint François d'Assise, fondateur de l'ordre des franciscains. Ainsi naît la future métropole de Californie centrale.
La découverte de l'or allait lui assurer à partir de 1848 un très rapide essor, à peine interrompu par le séisme de 1906.
Des étrangers venus du Nord
Tandis que les franciscains espagnols multipliaient leurs missions en Californie du sud, les Russes, venus de la presqu'île du Kamtchatka, à l'extrémité nord du continent asiatique, mettaient le pied en Amérique à la suite de Béring pour étendre leurs territoires de chasse à la fourrure.
Les Russes font une telle hécatombe de visons, castors et autres loutres qu'il leur faut pousser toujours plus avant, n'hésitant pas à hiverner sur place dans des conditions fort hostiles.
Le vice-roi du Mexique s'inquiète de ces empiètements en terre espagnole et donne l'ordre de se montrer inflexible avec ces entreprenants schismatiques russes.... En réalité, les intérêts des Russes et des Espagnols sont suffisamment compatibles pour que chaque partie en reste aux démonstrations sans conséquence.
Dans les premières années du XIXe siècle, les trappeurs russes venus d'Asie s'assurent de nouveaux terrains de chasse et fondent Fort Ross, au nord de San Francisco, où ils laissent une petite colonie assistée d'Inuits ou Esquimaux d'Alaska.
Mais en décembre 1841, désespérant de l'appui du tsar qui avait d'autres soucis en tête, leurs successeurs en sont réduits à brader leur comptoir à John Sutter, un colon d'origine suisse qui a fait fortune dans le négoce à Sacramento et va accéder à la célébrité mondiale en découvrant de l'or sur ses terres.

29 juin 1949 Premier journal télévisé
Les trois mille foyers français équipés d'un poste de télévision peuvent assister aujourd'hui au tout premier
Paris, 29 juin 1949 Pierre Sabbagh lance le premier journal télévisé
Read more at http://www.live2times.com/1949-pierre-sabbagh-lance-le-premier-journal-televise-e--12303/#IrtfuYt5p9YTPxQK.99


Ses amis reconnaissent une qualité, parmi d’autres, à Pierre Sabbagh, celle d’être têtu. Son premier projet de journal télévisé, il en a parlé pour la première fois à Wladimir Porché l’an dernier. Porché l’a écouté mais n’a pas semblé le prendre vraiment au sérieux. Un peu plus tard, quand Sabbagh lui annonce qu’il a trouvé la perle rare, un cameraman, en la personne
de Michel Wakhévitch, il lui est répondu qu’il n’y a pas assez d’argent dans les caisses. Ce n’est qu’au début de l’année que Porché le convoque à nouveau et lui dit : « Maintenant, j’ai compris : faites-moi donc un journal télévisé ». Il lui donne le feu vert, mais les moyens restent toujours aussi dérisoires. Le baptême des ondes, ce jour, est loin de laisser
deviner les bricolages qui auront permis de le mettre en place. L’équipe ne
dispose en tout et pour tout que d’une seule caméra, celle de Wakhévitch, une 16 mm muette. En plus des sujets d’actualité, nombre de bandes ont été achetées à des agences étrangères. Wakhévitch et Sabbag développe eux-même les films sur des tambours à linge à l’aide de lampes dérobées dans les escaliers. Jean-luc, le directeur des programmes de la télévision, a de quoi être satisfait.
L’enthousiasme et la débrouillardise ont pu pallier la pathétique absence de moyens. Le journal, qui démarre à 21 heurs, dure un quart d’heure. Les commentaires sont lus d’une cabine. Il va sans dire qu’avec tous les essais préalables les journalistes sont passés maîtres dans l’art de l’improvisation.
Les sujets sont prêts à la dernière seconde et il n’est pas rare d’inventer les noms des personnages montrés à l’écran.
Read more at http://www.live2times.com/1949-pierre-sabbagh-lance-le-premier-journal-televise-e--12303/#IrtfuYt5p9YTPxQK.99






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mar 30 Juin - 12:19

30 juin 1764 : La bête du Gévaudan

Le 30 juin 1764, sur les rudes plateaux du haut Vivarais (au sud du Massif Central), Jeanne Boulet, une petite bergère de 14 ans, meurt victime d'une « bête féroce », selon le curé qui l'enterre. À partir de là, les agressions de jeunes bergers vont se multiplier en dépit de grandes battues.
La psychose se répand dans cette région appelée Gévaudan, qui correspond à l'actuel département de la Lozère. La mystérieuse « bête du Gévaudan » fait même parler d'elle à la cour du roi Louis XV, à Versailles. On lui attribuera au total 80 à 100 décès.
D'après l'historien Jean-Marc Moriceau, cité par Pèlerin Magazine, il s'agirait en fait de trois loups de grande taille... Et l'historien de souligner que les attaques de jeunes gardiens de troupeaux par les loups étaient relativement fréquentes dans les campagnes de l'Ancien Régime. Le Petit Chaperon rouge n'est pas seulement un conte. ( Herodote.net )


30 juin 1859 Un funambule au-dessus des chutes du Niagara


Le funambule français Charles Blondin traverse les 330 mètres de cordes raides tendues à 50 mètres au-dessus des chutes du Niagara, entre les Etats-Unis et le Canada. Sans filet ni harnais, il brave à plusieurs reprises le bouillonnement des chutes, tantôt la tête enfermée dans un sac, tantôt portant quelqu'un sur son dos ou, encore, en poussant une brouette. lintern@ute.com

30 juin 1908 Météorite géante à Toungouska en Sibérie

Une météorite explose 8 000 mètres au-dessus de la région de Toungouska en Sibérie centrale. L'onde de choc, comparable à 1 000 bombes d'Hiroshima, ravage 2 000 km² de taïga (forêt de conifères). Les jours précédents, le ciel nocturne était devenu de plus en plus clair et, dans la nuit du 30 juin, de gigantesques flashes étaient apparus. lintern@ute.com
Voir aussi : Histoire de la Sibérie - Histoire des Catastrophes naturelles

30 juin 1921 : Scandale de la Banque industrielle de Chine


Le 30 juin 1921 éclate un scandale qui met en lumière la collusion entre diplomatie et finance. Elle implique les fils du grand chimiste et homme politique Marcelin Berthelot : André, fondateur en 1913 de la Banque industrielle de Chine, et Philippe, secrétaire général du ministère des Affaires Étrangères, qui contribua aux négociations du traité de Versailles.



30 juin 1976 Naissance de Bison Futé


Le ministère des Transports donne naissance au petit indien chargé d’améliorer la circulation routière lors des vacances. L’été de l’année précédente, plus de 60 000 voitures étaient immobilisées sur près de 600 km d’embouteillage. C’est ainsi que Bison Futé, groupe composé d'une dizaine de personnes, en arrive à informer et conseiller les automobilistes pour mieux organiser la circulation. Dès le mois de juillet, le résultat sera épatant et Bison Futé gagnera ainsi l’estime des Français. lintern@ute.com
Voir aussi : Dossier histoire des vacances estivales - Histoire du Tourisme - Transport - Histoire des Loisirs

André place les emprunts du gouvernement chinois sur le marché français. Mais bientôt, son activité fléchit. Philippe convainc alors le riche et influent Horace Finaly, directeur de la Banque de Paris et des Pays-bas, de renflouer la banque de son frère. Il se prévaut du soutien du président du Conseil Aristide Briand et du président de la République Alexandre Millerand.
Mais il faut toujours plus d'argent et le ministre des finances, Paul Doumer, qui a partie liée avec un établissement concurrent, la Banque d'Indochine, rechigne à sauver la Banque industrielle de Chine. Il exige que le Parlement l'autorise à émettre un emprunt. Le scandale éclate le 30 juin 1921, avec la fermeture des guichets de la banque.
L'extrême droite royaliste sonne la charge dans l'Action française, mais la grande presse, largement tenue par Horace Finaly, continue à défendre les Berthelot. Philippe Berthelot est contraint de démissionner à la fin de l'année lorsqu'on s'aperçoit qu'il a écrit des télégrammes au nom du président du Conseil sans le prévenir. Aristide Briand démissionne à son tour en janvier 1922. Raymond Poincaré, nouveau président du Conseil, fait condamner le secrétaire général du Quai d'Orsay à dix ans d'exclusion de la fonction publique... En 1925, Briand, de retour au gouvernement, le réintègre au ministère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 1 Juil - 8:06



1er juillet 776 av. J.-C. : Naissance des Jeux Olympiques

Les historiens font débuter le 1er juillet de l'an 776 avant JC les premiers Jeux Olympiques de l'Histoire. Leur nom vient de ce qu'ils ont lieu à Olympie, un sanctuaire consacré à Zeus, le roi des dieux...

Notons que des jeux furent organisés à Olympie dès le XIIIe siècle avant Jésus-Christ. Ce fait est confirmé par l'archéologie qui a exhumé sur le site les restes d'un village et d'un sanctuaire datant de l'âge du bronze. Mais nous ne disposons de la liste des vainqueurs aux différentes compétitions que depuis l'année 776 avant JC. C'est pourquoi cette année-là est considérée par la tradition comme l'année de naissance officielle des Jeux Olympiques.
suite de l'article ( Herodote.net )

1er juillet 987 : Hugues Capet élu roi des Francs



Le 1er juillet 987, à Noyon, les grands seigneurs de Francie occidentale offrent la couronne royale au comte de Paris Hugues Capet (47 ans). Il est sacré deux jours plus tard dans la cathédrale de Reims par l'évêque de Reims, Adalbéron, et devient roi sous le nom d'Hugues 1er.

Deux aïeux d'Hugues 1er, Eudes et Robert 1er, ont déjà régné sur le pays en lieu et place des héritiers de Charlemagne Ses descendants vont quant à eux régner sans discontinuer sur la France, sous le nom de Capétiens, jusqu'en 1792... ( Herodote.net )

Le 1er juillet 1751 paraît le premier volume de l'Encyclopédie,

précédé du Discours préliminaire de d'Alembert.
C'est le début d'une aventure éditoriale sans précédent qui va bousculer les idées reçues en France et dans toute l'Europe. Beaucoup de penseurs et philosophes vont y être mêlés : Diderot, Voltaire, Rousseau, Helvétius... La marquise de Pompadour et le directeur de la Librairie Malesherbes lui apportent leur soutien...
suite de l'article ( Herodote.net )


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Jeu 2 Juil - 14:07


2 juillet 1959 Rupture du barrage de Malpasset à Fréjus

A 21h13, le barrage hydroélectrique du Malpasset, construit sur la rivière Reyran dans le Var, cède. Une vague de 40 mètres (50 millions de mètres cubes d'eau) déferle sur la vallée à 70 km/h. Elle atteindra la ville de Fréjus en 20 minutes.
Des blocs de pierre de 600 tonnes dévalent la colline et détruisent le quartier de Malpasset. Les pluies diluviennes qui tombent sur la côte-d'Azur depuis quelques jours sont à l'origine de la rupture du barrage-voûte vieux de 10 ans à peine. Le bilan est très lourd, plus de 400 morts.
Il s'agit de la plus grosse catastrophe de ce genre qui ait jamais touché la France.
Tout l'Histoire des sciences version US

Read more at http://www.live2times.com/1959-rupture-du-barrage-de-malpasset-a-frejus-e--5405/#fRiui44v1Bus1S2W.99

2 juillet 1966 Premier essai nucléaire aérien sur l' atoll de Moruroa,
en Polynésie Française


française dans l’Océan Pacifique. Ce tir est effectué sur l’eau, à l’air libre et l’information Aujourd’hui a été tiré le premier essai nucléaire sur l’île de à Mururoa en Polynésie est officialisée par un communiqué publié à Papeete (Tahiti) annonçant que: « Les essais nucléaires, que la France se propose d’exécuter au Centre d’expérimentation nucléaire du Pacifique, ont débuté aujourd’hui par le tir d’un engin expérimental à fission de plutonium, dont la puissance se situe dans la gamme dite tactique. L’explosion a eu lieu au-dessus du lagon de Mururoa à 15 h 34 GMT. Les conditions de sécurité, fixées par les instructions du gouvernement, étaient réunies au moment du tir, et aucun incident n’est à signaler. »
En effet, ce n’est que récemment que le gouvernement français a dû repenser la géographie de ses essais nucléaires. Alors qu’à l’origine les essais étaient effectués à Reggane dans le désert du Sahara l’indépendance de l’Algérie oblige le gouvernement à déplacer ce centre. C’est ainsi qu’est créer en 1963 le Centre d'expérimentation du Pacifique (CEP) en Polynésie française, dans l'archipel des Tuamotu. Les sites d'expérimentations nucléaires sont implantés sur deux atolls éloignés - à environ 1 200 kilomètres de Tahiti - Mururoa et Fangataufa, où de nombreuses infrastructures sont construites. En effet ces deux atolls sont retenus car ils étaient inhabités (ou presque) et la zone était peu fréquentée par les lignes commerciales maritimes et aériennes. La télévision reprend peu cette nouvelle mise à part Les Actualités Françaises qui le 5 juillet 1966 consacre un sujet à la vie à Tahiti suite à la première expérimentation nucléaire. Il ne se préoccupe toutefois guère des expérimentations nucléaires: elles ne sont que rapidement évoquées par le biais d'images des chantiers sur les atolls d'Hao et de Mururoa et au détour de l'interview d'un métropolitain.
Dans un premier temps l’impact du CEP sur la Polynésie française est positive car provoque un afflux de quelque 10 000 métropolitains à Tahiti. De nombreux Polynésiens s'y installent également et sont employés par le CEP. Le CEP devient donc l'employeur principal de la Polynésie française.
Par la suite, de 1966 à 1996, 181 essais nucléaires sont effectués, la plupart souterrains, seuls 41 étant aériens, tous réalisés entre 1966 et 1974. Cependant l’incidence de ces essais nucléaires n’est révélée que tardivement (dans les années 2000) avec la question de l’impact des tirs sur la santé des Polynésiens.
Read more at http://www.live2times.com/1966-premier-essai-nucleaire-aerien-sur-l-atoll-de-moruroa-en-polynesie-francaise-e--12113/#Uxw6RkRoWlbadZvt.99




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Ven 3 Juil - 8:06


le 3 juillet 1914 : l'impôt sur le revenu est adopté en France.


L'impôt sur le revenu (IR) est un impôt direct français mis en place à partir de 1914 (voté le 3 juillet 1914, loi du 15 juillet 1914, décret du 15 janvier 1916)1 pour moderniser le système fiscal de l'État et ainsi faire face aux dépenses engendrées par l'effort de guerre2. Il subit de nombreuses modifications par la suite. En 1926 notamment, son adoption conduit à la suppression de l'impôt sur les portes et fenêtres.
En 2009, L'impôt sur le revenu est la deuxième source budgétaire de l'État (45 milliards d'euros de recettes), après la TVA (169 milliards d'euros) et avant l'impôt sur les sociétés3 (37,4 milliards).

3 juillet 1915 à Paris André Citroën fonde une usine de munitions

André Citroën fonde en 1915 à Paris, quai de Javel, une usine de munitions qu'il convertit après la Grande Guerre en une usine d'automobiles. Il va dès lors employer son génie à créer des modèles plus innovants les uns que les autres. En 1929, il produit 100.000 véhicules soit le tiers de la production française. L'industriel témoigne aussi d'une grande imagination dans la promotion de sa marque : illumination de la tour Eiffel, croisière jaune,.

Considéré comme un pionnier de l'industrie automobile, il fonde, en 1919, la marque qui portera son nom. Connue pour son innovation (C7 et traction avant) mais aussi pour son charisme et sa gestion d'entreprise, Citroën est devenu une marque à reconnaissance internationale. Rachetée par Michelin pour problème judiciaire, en 1934, elle sera ensuite rachetée par Peugeot en 1976.
Voir aussi : Automobile - Histoire de Peugeot - Histoire de Michelin - André Citroën - Histoire des Sciences et techniques




3 juillet 1942 Naissance Eddy Mitchell à Paris


De son vrai nom Claude Moine, il a commencé sa carrière de chanteur dans le groupe de rock les 5 Rocks, rebaptisé les Chaussettes noires. Le groupe se sépare en 1963. Eddy Mitchell entame alors une carrière en solo. Les années 1980 en revanche sont celles du succès. Eddy Mitchell a trouvé son style « crooner » qui fera son succès, et écrit des tubes comme « Les yeux couleur menthe à l'eau » ou « Lèche-bottes blues ».
Voir aussi : Histoire de l'Art

3 juillet 1944 Naissance de Michel Polnareff

Né le 3 juillet 1944 à Nérac, Michel Polnareff est un auteur, compositeur et interprète français. Il enregistre son premier disque en 1966 et connaît un succès immédiat grâce au titre La poupée qui fait non. Provocant, il possède un style anglo-saxon et un look androgyne qui suscite des comparaisons avec David Bowie. Encore actif, il prépare aujourd'hui un nouvel album depuis les États-Unis, où il est vit.
Voir aussi : Chanson française - David Bowie - Histoire de l'Art

3 juillet 1962 Reconnaissance officielle de l'indépendance de l'Algérie

Il y a deux jours, le gouvernement français demandait aux Algériens de s'exprimer par référendum en répondant






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Sam 4 Juil - 9:25


Le 4 juillet est le 185e jour de l'année du calendrier grégorien,

le 186e en cas d'année bissextile. Il reste 180 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 16e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du tabac.
C'est la date approximative du passage de la Terre à son aphélie, dans le système solaire.


Marie CURIE Née le 07 novembre 1867 - Décédée le 04 juillet 1934 (à l'âge de 66 ans)



Marie Curie fait partie des rares personnalités dont le nom est connu dans le monde entier.
Première personne et toujours unique femme à avoir reçu deux Prix Nobel (physique en 1903 et chimie en 1911), elle est à l'origine des premières recherches sur la radioactivité avec son mari Pierre Curie et Henri Becquerel.
Une Polonaise avide d'étudier
Née Sklodowska, Marie est le cinquième enfant d'un couple d'enseignants polonais. Avide d'étudier, elle débarque dans la capitale française à 24 ans et s'inscrit en Sorbonne pour suivre les cours de physique et de mathématiques.
Reçue brillamment à ses licences de mathématique et de physique, elle entame des recherches sur les aciers à l'École de Physique et Chimie de Paris.
C'est là qu'elle rencontre Pierre Curie, son futur mari, physicien déjà célèbre qui a découvert la piézoélectricité et la relation entre les propriétés magnétiques et la température des métaux (le point de Curie).
Pour sa thèse de physique, Marie se penche sur la découverte par Henri Becquerel d'un nouveau type de radiations. Elle étudie les minéraux qui émettent ces radiations et tente d'en isoler le principe actif. Son mari laisse de côté ses recherches et se lance dans l'aventure avec elle en mettant au point des appareils de mesure adéquats.
En 1898, le couple découvre un nouvel élément par spectroscopie ; il le dénomme Polonium en hommage à la terre natale de Marie Curie. Deux ans plus tard, il isole le radium en quantité pondérale : 0,1 g de chlorure de radium ! Le nouvel élément brille tout seul dans la nuit sans apport d'énergie. Il produit intrinsèquement de l'énergie qui se manifeste sous forme de lumière. Avec lui, la radioactivité est née.
Le prix Nobel de 1903, très médiatique, récompense fort justement Pierre et Marie Curie ainsi qu'Henri Becquerel. Mais l'horizon se couvre avec, en 1906, la mort de Pierre, victime d'un accident de la circulation.
Marie n'en poursuit pas moins ses recherches. En 1911, elle reçoit un deuxième prix Nobel, en chimie celui-là, pour avoir réussi à extraire du radium et montrer qu'il s'agissait bien d'un métal. Elle met à profit les effets du radium sur les organismes vivants pour soigner les cancers. C'est ainsi que se développe la «curiethérapie» qui consiste à implanter temporairement de fines aiguilles contenant le radium pour une irradiation très locale de la tumeur.
En 1914, à la veille de la Grande Guerre, est fondé à Paris, sur la colline Sainte-Geneviève, l'institut du radium (aujourd'hui institut Curie) en vue d'associer différentes disciplines scientifiques pour de nouvelles thérapies. Pendant la guerre, Marie Curie imagine une installation mobile de radiologie pour localiser les éclats d'obus dans le corps des blessés. Une vingtaine de voitures et deux cents installations fixes seront mises en service pendant le conflit.
Après la guerre, Marie Curie reprend ses recherches à l'institut du radium mais elle manque de fonds... Elle n'a jamais voulu prendre de brevets sur ses résultats et le gouvernement ne la soutient guère. Une journaliste américaine, Marie Mattingley-Meloney, vient à son secours et lance une campagne de collecte de fonds en 1920 aux États-Unis afin de lui permettre d'acheter 1 gramme de radium et de poursuivre ses recherches dans son laboratoire de l'Institut du radium.
Elle est rattrapée par la maladie des rayons : sa découverte et sa passion auront raison d'elle à presque 67 ans. -( Herodote.net )









Elle est rattrapée par la maladie des rayons (1867 - 1934)
Deux fois Prix Nobel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Dim 5 Juil - 12:56

5 juillet 1830 : Prise d'Alger

Le 5 juillet 1830, le maréchal Bourmont s'empare d'Alger avec un corps expéditionnaire de 35.000 hommes. L'expédition était prévue pour ne pas durer...

5 juillet 1962 Le massacre d'Oran Indépendance de l'Algérie et fête nationale

• le président français Charles De Gaulle reconnaît officiellement l'indépendance de l'Algérie.
Cela fait suite aux référendums des 8 avril et du 1er juillet. L'indépendance est proclamée.
deux jours après son indépendance effective... et 132 ans après la prise d'Alger par le maréchal Bourmont). Cet anniversaire est fête nationale.
Le jour même de la proclamation de l'indépendance, les Européens encore présents à Oran sont victimes d'une hystérie collective. Beaucoup sont massacrés par la foule musulmane, cependant que les soldats français se tiennent l'arme au pied dans les casernes...
Le dernier épisode de la guerre d'Algérie a lieu à Oran le 5 juillet 1962, le jour même de la proclamation officielle de l'indépendance algérienne et deux jours après son indépendance effective.
Cette grande ville de la côte occidentale (400.000 habitants) était la seule à majorité européenne pendant la période coloniale. De nombreux pieds-noirs y étaient encore présents au lendemain de l'indépendance. D'autres, fuyant le bled (la campagne), s'y étaient installés dans l'attente d'un hypothétique exode.
Une ville sous tension
Du 1er juillet, date du vote de l’indépendance, jusqu’au 4, il n’y a en ville que quelques défilés de voitures surchargées de musulmans, hommes et femmes hurlant des slogans et des you-you, plutôt bon enfant… Le 5 juillet 1962, la radio donne l'ordre aux habitants d’ouvrir les magasins, les bureaux et de reprendre le travail.
Mais dès le matin, une foule déferle des quartiers arabes vers les quartiers européens, de la place Kargentah vers la Place d’Armes, « pour un défilé pacifique ». La plupart des manifestants n'en sont pas moins armés. À 11 heures, un coup de feu retentit sur la place d’Armes, un signal sans doute. Des cris jaillissent : « L’OAS, c’est l’OAS qui nous tire dessus ! » Assertion invraisemblable car nul n'aurait été assez fou pour provoquer ainsi une foule déjà surexcitée.
C'est le début d'un carnage : une chasse à l’Européen commence, sauvage, systématique, dans toute la ville. On égorge, on tue au revolver ou à la mitraillette, on prend des rues en enfilade, tuant tout ce qui bouge, on pénètre dans les restaurants, les magasins, les appartements, assassinant les pauvres gens avec des raffinements de cruauté, arrachant des yeux, coupant des membres.

Les auxiliaires de l'armée algérienne, les ATO, emmènent les Européens prisonniers par longs cortèges vers le commissariat central où ils sont battus et tués, ou vers le Petit Lac, ou vers la Ville Nouvelle. Pourtant, dans cette folie sanguinaire, des musulmans sauvent des Européens, d’autres font délivrer des prisonniers.
Le général Joseph Katz, qui commande les 18.000 soldats français encore à Oran, survole la ville à plusieurs reprises. Il téléphone au président Charles de Gaulle pour l’informer de l’ampleur du massacre et demander l'autorisation d'intervenir. « Surtout, ne bougez pas ! » lui est-il répondu. Par les accords d'Evian, en effet, le gouvernement français a accepté - contre l'avis des militaires - que le maintien de l'ordre relèverait exclusivement des autorités algériennes à compter du jour de l'indépendance. Les soldats restent donc dans les casernes.
La tuerie dure près de six heures. Lorsque, à 17 heures, les gendarmes français sortent enfin dans la rue, le calme revient aussitôt. Les cadavres jonchent la ville, on en trouve pendus aux crocs des bouchers, dans des poubelles… Dans la chaleur de juillet, la puanteur est horrible. Soldats français et algériens déversent par camions les cadavres dans le Petit Lac et les couvrent de chaux vive. Nul ne sait le bilan exact du massacre.
On parle dans les semaines qui suivent de plusieurs centaines de morts. Les représentants des pieds-noirs évoquent le chiffre de 2.000 non compris quelques centaines de disparus… Des disparus qui seront signalés plus tard dans les mines de l’Algérie, dans des prisons, des maisons closes et des bars à soldats...
Le drame d'Oran va accélérer l'exode des pieds-noirs vers la métropole et mettre fin à l'espoir d'une cohabitation entre anciens colons et musulmans dans l'Algérie indépendante.
André Larané  ( Herodote.net )


5 juillet 1841 Cook crée la première agence de voyage

Thomas Cook est l’initiateur du premier voyage de groupe organisé. Il accompagne ainsi plus de 500 personnes de Leicester à Loughborough. Le but de la démarche est de lutter contre l’alcoolisme. Au lendemain de l’excursion, Cook se décidera à fonder une agence de voyage qui portera son nom. Il organisera par la suite de nombreux séjours en Europe, mettra au point les premiers circuits touristiques et inventera le chèque de voyage. Son fils prendra la succession de l’agence en 1872 et poursuivra son œuvre.
Voir aussi : Dossier histoire des vacances estivales - Histoire du Tourisme - Voyage - Histoire des Loisirs lintern@ute.com

5 juillet 1845 Victor Hugo en flagrant délit d'adultère

L'écrivain et poète, qui vient d'être fait Pair de France par Louis-Philippe, est pris en flagrant délit d'adultère avec Léonie Briard dans un hôtel du passage Saint-Roch à Paris. C'est le mari de la jeune femme, le peintre Auguste Briard qui les surprend. La récente distinction qu'a reçu Victor Hugo lui permet d'échapper à la prison. Léonie n'a pas la même chance. Elle est emprisonnée pendant deux mois. Des le lendemain, tous les journaux parisiens relatent l'événement. lintern@ute.com
Voir aussi : Victor Hugo - Histoire des Romans


5 juillet 1865 Fondation de l'armée du Salut

Le pasteur méthodiste William Booth fonde la Mission chrétienne de l'Est de Londres, en plein cœur de la révolution industrielle. Ce mouvement évangélique fait partie de l'ensemble de l'Église chrétienne universelle. Elle prend le nom d'Armée du salut le 7 août 1878. Cette mission vise à soulager, au nom de Jesus-Christ, l'ensemble des détresses humaines. Au fil des années, elle s'est largement internationalisée (France en 1881, Argentine et Uruguay en 1890, Taïwan en 1965, etc.). lintern@ute.com
Voir aussi : Fondation - Armée du salut - William Booth - Histoire des Religions

5 juillet 1946 Le bikini fait scandale  

Qui aurait pu croire que quelques bouts de tissus puissent créer un scandale mais aussi une révolution ? C’est pourtant ce qu’à provoquer l’invention...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Lun 6 Juil - 10:54

6 juillet 1566 à Salon de Provence Nostradamus nous quitte pour d’autres cieux



L'apothicaire Michel de Nostre-Dame (Nostradamus dans la version latinisée) compte parmi les mages et astrologues dont raffolaient les gens de la Renaissance.
Apothicaire de formation, il se fixe en 1555 à Salon de Craux (aujourd'hui Salon de Provence) après des pérégrinations aventureuses dans toute la France. C'est là qu'il publie ses Prophéties, un recueil de quatrains ésotériques auxquels on peut faire dire à peu près ce que l'on veut...
Les 17 et 18 octobre 1564, au cours de leur traditionnel tour de France, le roi Charles IX et sa mère lui rendent visite dans sa maison de Salon. N'a-t-il pas prédit à la reine Catherine de Mécidis en 1556, lors de son séjour à la cour, que «trois des quatre garçons porteront couronne» ?
Nostradamus repose aujourd'hui dans la collégiale Saint-Laurent, à Salon de Provence.
14 décembre 1503 à Saint-Rémy-de-Provence - 6 juillet 1566 à Salon de Provence

le 6 juillet 1885 : Louis Pasteur pratique la première vaccination contre la rage  



sur le jeune Joseph Meister.
Louis Pasteur vaccine pour la première fois contre la rage un petit berger alsacien de 9 ans prénommé Joseph Meister. L'enfant est sauvé. Fort de son succès, le biologiste réalise plus de 350 inoculations dans l'année. Il profite alors de sa renommée pour lancer une souscription qui permet de créer l'institut qui porte son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mar 7 Juil - 12:38



7 juillet 1904 : Les congrégations religieuses interdites d'enseignement


Le 7 juillet 1904, les congrégations religieuses n'ont plus le droit d'enseigner. Au nom de la laïcité, le président du Conseil, Émile Combes, peut annoncer : « L'anticléricalisme est l'oeuvre la plus considérable et la plus importante pour l'émancipation de l'esprit humain ». Après avoir supprimé l'enseignement religieux, le gouvernement français songe à l'abrogation du Concordat de 1802 et à la séparation des Églises et de l'État.


7 juillet 1936 Congés payés et semaine de 40 heures

Dans la nuit du 7 au 8 juin, à l'hôtel Matignon à Paris, sont signés les accords entre le nouveau président du Conseil, Léon Blum, la Confédération générale du patronat français (CGPF) et la Confédération générale du travail (CGT). Consécutifs à l'arrivée au pouvoir du gouvernement du Front populaire, ces accords prévoient la généralisation des conventions collectives, la création des délégués du personnel et une augmentation de 12% des salaires. Mais on retiendra surtout l'instauration de la semaines de 40 heures et l'octroi de 15 jours de congés payés.
Voir aussi : Dossier histoire du droit du travail - Syndicat - Dossier histoire des vacances estivales - Léon Blum - Temps de travail - Histoire du Travail


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:19

7 et 8 juillet 1977 Chambery

après les inondations du mois de mai, des pluies torrentielles associées à la fonte des neiges dans les Pyrénées provoquent de nouveau de brutales inondations en Gascogne - les départements du Gers, du Lot-et-Garonne et de la Haute-Garonne sont particulièrement touchés - la partie basse de la ville d'Auch est noyée - on compte 5000 sinistrés et 25 morts dans toute la région.


Dernière édition par EDITH246 le Mer 8 Juil - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:20

9 juillet 1860 Massacre de Damas

Les chrétiens maronites de Damas sont exterminés dans la nuit avec la complicité du gouverneur turc de Syrie. La population musulmane ne supporte plus l'hégémonie économique et financière des chrétiens qui détiennent les postes officiels et administratifs les plus élevés. A la tête des secteurs d'activité les plus florissants telle que l'industrie de la soie, les chrétiens alimentent les rancoeur depuis plusieurs siècles. Les massacres font entre 4000 et 6000 victimes. Le quartier chrétien est pillé et brûlé. Les survivants prendront la route de l'exil notamment vers Beyrouth et Alexandrie. Napoléon III enverra un corps expéditionnaire français commandé par Beaufort pour assurer la protection des chrétiens en route vers le Liban.
Voir aussi : Massacre - Maronites - Histoire de Damas - Histoire de la Chrétienté


9 juillet 1925, inauguration de la Cité internationale ...



La cour d'honneur de la Cité internationale universitaire de Paris © Krod/Sipa

Il y a 90 ans était inauguré un nouvel ensemble de logements modernes et confortables destinés aux étudiants du monde entier.

Il y a 90 ans était inauguré à Paris un site qui depuis a marqué des générations d’étudiants du monde entier : la Cité internationale universitaire.
Ce 9 juillet 1925, c’est le président de la République d’alors, Gaston Doumergue, qui inaugure les premiers bâtiments. Sept pavillons, 326 chambres, construits dans un style néo-médiéval qui rappelle celui des universités anglaises. C’est la Fondation Emile et Louise Deutsch de la Meurthe qui a financé les travaux, avec le souci d’offrir des conditions de logement digne aux étudiants parisiens. A l’époque déjà, la crise du logement sévissait dans la capitale.
Dans les quatre décennies qui suivront, 40 maisons différentes seront érigées au sein de cette cité internationale, chacune dans un style architectural différent. C’est ce mélange éclectique qui en fait aujourd’hui, outre un point de ralliement des étudiants étrangers à Paris, un formidable musée de l’architecture en plein air.


Dernière édition par EDITH246 le Dim 19 Juil - 17:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:21

10 juillet 1940 : Pleins pouvoirs au Maréchal Pétain

Le 10 juillet, dans le casino de la ville d'eaux de Vichy, la Chambre élue en 1936 sous les couleurs du Front Populaire vote les pleins pouvoirs au maréchal Philippe Pétain. 80 députés sur 649 s'y opposent. C'est la fin de la IIIe République et le début de ce qu'on appelle le « régime de Vichy ».
Pierre Laval, vice-président du Conseil, s'est chargé de lire devant les députés la lettre du maréchal demandant les pleins pouvoirs en vue de préparer une nouvelle Constitution. Pétain lui-même a veillé à ne pas se présenter devant « ces gens-là » qu'il méprise. Sitôt le vote acquis, la Chambre est dissoute et le nouveau chef de l'État, outrepassant la mission qui lui a été confiée, s'arroge les pleins pouvoirs. Il entame à 84 ans une carrière de dictateur.
Le Maréchal fait très vite l'objet d'un véritable culte de la personnalité. Beaucoup de sommités se retrouvent aux côtés du vainqueur de Verdun avec l'espoir de régénérer le pays grâce à une « Révolution nationale » ( herodote.net )



Le 10 juillet 1947, un vieux bateau panaméen



(President Warfield) appareille du port languedocien de Sète avec à son bord 4551 juifs d'Europe centrale, rescapés des camps de la mort et dotés de passeports en règle.
Provocation délibérée
En pleine mer, le bateau, qui a été affrété par l'organisation sioniste clandestine Haganah, change son nom pour celui d'Yetzia Europa (Exode de l'Europe, plus connu dans sa version anglaise : Exodus 47). Il arbore le drapeau marqué de l'étoile de David et se dirige vers la Palestine, encore sous mandat britannique. Londres, sous la pression des Arabes, tente d'interdire le territoire aux immigrants juifs.
Fruit d'une provocation délibérée, l'Exodus 47 ne se cache pas. Il est arraisonné en vue des côtes palestiniennes par la marine britannique. Deux passagers et un membre d'équipage sont tués.
Dans le port de Haïfa, les autres passagers sont transférés sur trois bateaux cages et renvoyés vers le port français de Port-de-Bouc. Mais la plupart refusent de débarquer malgré l'asile politique offert par Paris.
Au bout de trois semaines, les Britanniques redirigent les bateaux vers Hambourg, dans leur zone d'occupation en Allemagne. Ils débarquent les passagers les 8 et 9 septembre 1947, au prix de grandes violences, et les dirigent vers des camps de personnes déplacées.
L'affaire suscite une immense émotion dans tout l'Occident et, comme le souhaitait la Haganah, elle va convaincre Londres de se sortir au plus vite du bourbier palestinien. Six mois plus tard sera fondé l'État d'Israël. (herodote.net )
André Larané.



Dernière édition par EDITH246 le Dim 19 Juil - 17:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:22



11 juillet 1892 Ravachol sur l'échafaud

L'activiste anarchiste français François Koenigstein, dit Ravachol, est guillotiné à Montbrison. Il avait fait exploser les domiciles de deux juristes parisiens au mois de mars ainsi qu'une caserne. Il est d'abord condamné au bagne à perpétuité pour ces attentats mais les meurtres qu'il a commis dans sa région d'origine, la Loire, lui vaudront la peine de mort. Quand le 21 juin Ravachol apprend la sentence, il s'écrit : "Vive l'anarchie".
Voir aussi : Exécution - Anarchiste - Ravachol - Histoire des Faits divers

Le 11 juillet 1789, le roi Louis XVI

renvoie Necker. Son ministre s'est acquis une grande popularité payée de quelques distributions de secours aux Parisiens et son renvoi provoque dans la capitale un début d'agitation qui mènera à la prise de la Bastille.


11 juillet 1979 : En France le port de la ceinture de sécurité en automobile devient obligatoire en ville






Dernière édition par EDITH246 le Dim 19 Juil - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:23


12 juillet 100 av. J.-C. à Rome (Italie) - 15 mars 44 av. J.-C. à Rome (Italie)

Jules César s'engage dans le cursus honorum ou carrière des honneurs tout en menant la vie dissipée d’un dandy. Il forme un triumvirat - ou gouvernement à trois - avec deux autres ambitieux, Crassus et Pompée. Lui-même obtient la charge de consul pour l'année 59 avant JC puis lève des légions et entreprend la conquête de la «Gaule chevelue». Le récit de ses huit années de campagne, La guerre des Gaules, est un chef-d’œuvre de la littérature latine
Auréolé par sa gloire militaire, César estime l’heure venue de mettre de l’ordre dans les affaires de Rome. Il franchit avec son armée le Rubicon, un petit fleuve italien, et entre à Rome en violation des règles édictées par le Sénat, assemblée des plus grandes familles de Rome. Personne n’ose protester et Jules César en profite pour écraser ses rivaux, à commencer par Pompée. Il obtient enfin du Sénat la quasi-totalité des pouvoirs, cela sans toucher en apparence aux institutions républicaines.
Il réorganise l’administration et la rend plus efficace. Mais il est assassiné par des sénateurs qui craignent qu’il ne se proclame roi… Malgré la brièveté de son passage au pouvoir (5 ans), Jules César a marqué profondément de son empreinte les institutions romaines et même les nôtres. Son nom se retrouve dans le titre des anciens souverains allemands (Kaiser) et russes (tsar)



12 juillet 1906 : La Cour de Cassation réhabilite Dreyfus

Onze ans après la dégradation publique du capitaine Alfred Dreyfus sous l'accusation d'espionnage, celui-ci est solennellement réhabilite par la Cour de Cassation de Paris, qui constate que « de l'accusation, rien ne tient debout ».





Dernière édition par EDITH246 le Dim 19 Juil - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:23


13 juillet 1793 : Assassinat de Marat


Le 13 juillet 1793, Charlotte Corday poignarde le tribun révolutionnaire Jean-Paul Marat dans sa baignoire où il soignait un eczéma généralisé (forme de lèpre).
Médecin devenu député à la Convention nationale, Marat (50 ans) s'était rendu populaire auprès des sans-culottes parisiens par ses diatribes assassines, publiées dans L'Ami du peuple.
Sa meurtrière est une Normande de petite noblesse de 25 ans, arrière-petite-fille du grand Corneille et nourrie de lectures classiques. Ayant noué des sympathies avec les Girondins modérés, traqués par Marat, elle voit en ce dernier le fossoyeur de son idéal de liberté.
Elle espère, à l'image des héroïnes antiques, faire oeuvre utile en l'éliminant, quitte à sacrifier aussi sa jeune vie... Mais son geste n'aura d'autre effet que d'amplifier la Terreur. Elle-même sera guillotinée le 17 juillet 1793 sur la place de la Révolution (aujourd'hui place de la Concorde), après l'entrée de la dépouille de sa victime au Panthéon. Lamartine, plus tard, la qualifiera d'« Ange de l'assassinat ».
Le peintre Louis David, par ailleurs député montagnard à la Convention, laisse de l'assassinat un tableau célèbre, qui exalte l'image du tribun et gomme celui de sa jeune meurtrière. De celle-ci, on retient le portrait ci-contre, réalisé pendant son procès et achevé dans sa cellule à sa demande, par Jean-Jacques Hauer.



Dernière édition par EDITH246 le Dim 19 Juil - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:23


le 14 juillet 1429 : victoire de Jeanne d'Arc à Chalon sur Marne.

La ville ouvre ses portes au futur Roi de France, qui s'avance vers Reims, au milieu de ses ennemis.


Le 14 juillet 1789, la Bastille est prise d'assaut par les Parisiens.

De ce jour date la fin de l'«Ancien Régime» et le début de la Révolution française.



La Fête nationale du 14 juillet perpétue le souvenir de cet événement.

La Révolution en germe
40 jours plus tôt, les états généraux se sont réunis à Versailles et les députés ont constaté que les maux du gouvernement appelaient davantage qu'une simple réforme de l'impôt. Ils ont décidé de remettre à plat les institutions et de définir par écrit, dans une constitution, de nouvelles règles de fonctionnement, selon l'exemple américain.
Le 9 juillet, l'assemblée réunie à Versailles se proclame «Assemblée nationale constituante». L'initiative ne plaît pas au roi ni à son entourage. Le 12 juillet, Louis XVI renvoie son contrôleur général des finances, Jacques Necker, un banquier très populaire.
Échec de l'émeute
Le 13 juillet, à Paris, la rumeur se répand que les troupes royales vont entrer en force dans la capitale pour mettre les députés aux arrêts. De fait, des corps de troupes sont rassemblés au Champ de Mars et aux portes de Paris. Un comité permanent, la «municipalité insurrectionnelle», est formé pour faire face à la menace. Il se substitue à la vieille municipalité royale.
Au matin du 14 juillet, des artisans et des commerçants se rendent à l'hôtel des Invalides en quête d'armes. Le gouverneur cède aux émeutiers et ouvre les portes. La foule emporte 28.000 fusils et 20 bouches à feu. Mais il lui manque encore de la poudre...
Des émeutiers rugissent alors : «À la Bastille !» où la rumeur prétend que de la poudre y aurait été entreposée. Au demeurant, le peuple a une revanche à prendre sur la vieille forteresse médiévale dont la masse lugubre lui rappelle à tout moment l'arbitraire royal.
La garnison se compose de 82 vétérans, dits invalides, et d'un détachement de 32 soldats suisses. Face à elle, les émeutiers ne font pas le poids. Ils sont un millier seulement, sans commandement et sans armes lourdes.
Le marquis de Launay, gouverneur de la Bastille, veut gagner du temps en attendant des secours. Il reçoit trois délégués et les retient à déjeuner. Il s'engage à ne pas tirer sous réserve que les émeutiers ne tentent pas d'entrer dans la forteresse. Mais une explosion mystérieuse émeut la foule. On crie à la trahison. Un groupe pénètre dans l'enceinte par le toit du corps de garde et attaque à coups de hache les chaînes du pont-levis.
De Launay, sans expérience militaire, perd ses moyens. Il donne l'ordre de tirer. La troupe suisse fait des ravages chez les assaillants. On compte une centaine de morts.
Les gardes françaises contre la Bastille
Tout bascule avec l'arrivée de deux détachements de gardes françaises. Ces soldats professionnels chargésde veiller sur la capitale prennent le parti des émeutiers. Ils vont leur assurer la victoire.
Sous le commandement de deux officiers, Élie et Hulin, ils amènent deux canons et les pointent sur la Bastille. Il s'ensuit un début d'incendie à l'entrée de la forteresse et quelques pertes chez les défenseurs.

Il est 4 heures du soir. De Launay se ressaisit, ordonne soudain le feu à outrance puis tente de faire sauter les magasins de poudre. Mais ses invalides lui imposent de brandir un mouchoir pour parlementer. Le feu cesse. Les ponts-levis sont abaissés et la foule se rue dans la forteresse.
Les soldats suisses, qui ont eu le temps de retourner leurs uniformes, sont pris pour des prisonniers et épargnés. Mais la foule lynche les malheureux invalides.
Le marquis de Launay, qui a tenté de se suicider, est traîné dans les rues de la capitale avant d'être décapité par un boucher. Sa tête est fichée sur une pique et promenée en triomphe à travers le faubourg ainsi que les têtes des autres défenseurs de la Bastille. Ce rituel macabre, inédit dans l'Histoire du pays, illustre le basculement de la Révolution dans la violence.
À la Bastille, on libère les détenus au prix d'une légère déception car il ne s'agit que de sept personnages de minable envergure (escrocs, faussaires, délinquant sexuel...). Au demeurant, les émeutiers sont surpris de découvrir des chambres spacieuses et d'un grand confort, à l'opposé des cellules de torture que décrivaient complaisamment dans leurs brochures les intellectuels poudrés qui avaient eu, comme Voltaire ou le marquis de Sade, l'occasion de séjourner à la Bastille.
Fin d'un monde...
Le soir même, Palloy, un entrepreneur zélé, réunit 800 ouvriers et entreprend la démolition de la vieille forteresse dont les jours étaient de toute façon comptés.
Le propre frère du roi, le comte d'Artois, futur Charles X, prend la mesure de l'événement. Il quitte la France sitôt qu'il en a connaissance. Il est suivi dans cette première vague d'émigration par quelques autres hauts personnages, dont le prince de Condé et Mme de Polignac.
... début d'un autre
À Versailles, Louis XVI note dans son journal à la date du 14 juillet : «Rien»... Mais il ne s'agit que du résultat de sa chasse habituelle. Surpris par la violence populaire, le roi se retient de de dissoudre l'Assemblée. Les députés, dans une séance mémorable présidée par l'abbé Grégoire, prennent la résolution de siéger en permanence. La Révolution peut suivre son cours.
Le premier anniversaire de l'événement donnera lieu à une grande réconciliation nationale, la Fête de la Fédération, et beaucoup plus tard, en 1880, la IIIe République, en faisant du 14 juillet la Fête nationale, consacrera la réconciliation de la France de l'Ancien Régime et de celle de la Révolution.
Publié ou mis à jour le : 2012-07-14 16:51:32




o 13 et 14 juillet 1990: loi Marchais-Gayssot,

fin de la liberté de la presse en France.
« Signé le 13 par F. Mitterrand et publiée au JO le 14, cette loi marque la fin de la liberté de la presse, telle qu'elle avait été instituée cent dix ans plus tôt, par la loi du 29 juillet 1881. Les lois dites « antiracistes » de 1972 et du jour y ont apporté des modifications draconiennes : elles ont supprimé la liberté d'expression non seulement sur la « race » et le « racisme », mais surtout sur :
(1 1. sur la nation,
2. sur la religion,
3. sur l'histoire de la Seconde guerre mondiale. »
250 Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 366)



Dernière édition par EDITH246 le Dim 19 Juil - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:24


15 juillet 1994 -- Génocide de Tutsi/Rwanda :

Didier Tauzin revient au Rwanda, prêt à en découdre à nouveau avec le FPR, comme il le déclare ouvertement. La Zone humanitaire sûre créée par l’opération Turquoise à l’ouest du Rwanda est immédiatement utilisée comme refuge par les auteurs du génocide, en passe d’être défaits militairement par le FPR. Face à cette situation, l’ambassadeur Yannick Gérard envoie un télégramme à Paris le 15 juillet 1994 en indiquant : « [...] dans la mesure où nous savons que les autorités portent une lourde responsabilité dans le génocide, nous n’avons pas d’autre choix, quelles que soient les difficultés, que de les arrêter ou de les mettre immédiatement en résidence surveillée en attendant que les instances judiciaires internationales compétentes se prononcent sur leur cas. » Les responsables et les auteurs du génocide (soldats des FAR, miliciens...) présents dans la Zone humanitaire sûre mise en place par Turquoise n’y sont pas arrêtés. Au contraire, ils sont laissés libres d’aller se réfugier au Zaïre, impunément, avec armes et bagages.
Survie.org



Dernière édition par EDITH246 le Dim 19 Juil - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:25

Figaroscope › Célèbre › Les chroniques historiques


Le 16 Juillet 0622  Début de l'ère musulmane !  

Mahomet quitte La Mecque pour Médine avec ses fidèles et crée le premier Etat islamique de l’Histoire. C’est l’Hégire, date fondatrice du calendrier musulman. Si l’année est certaine, le jour lui, est fixé par la tradition. Point de départ du calendrier officiel de la troisième grande religion monothéiste, ( Figaroscope › Célèbre › Les chroniques historiques )
 
•  Le 16 Juillet 1907 Un homme nommé Poubelle

Mort à Paris de l'ancien préfet de la Seine Eugène Poubelle. Il avait mené une politique d'assainissement de la capitale en imposant aux Parisiens en 1884, le dépôt des ordures dans des boîtes spécialement prévues à cet effet. Elles finiront par prendre son nom. On peut s'appeler Poubelle et en tirer quelque orgueil.

Le 16 Juillet 1935 Interdit de stationner sans payer...

150 parcmètres entrent en fonction à Tulsa aux Etats-Unis. Ils sont l'oeuvre de Carlton Magee, journaliste et fondateur de la première entreprise à construire des parcmètres. Ceux-ci n'arriveront à Paris qu'en 1975.


16 juillet 1965 Inauguration du tunnel sous le Mont-Blanc  

Après six longues années de travaux, le tunnel du Mont-Blanc vient aujourd'hui d'être inauguré par le Général de Gaulle côté français et par le président italien Giuseppe Saragat, côté italien. On pourra désormais aller de Chamonix en France à Courmayeur en Italie, et inversement, en seulement dix minutes. Long de 11,6 km et large de 8,6 mètres, le tunnel sera ouvert à la circulation dans trois jours.
Côté français, les automobilistes se trouveront à 1274 mètres, et côté italien à 1381 mètres d'altitude.
Le projet d'un tunnel passant sous le Mont-Blanc avait été décidé en 1949, un accord avait été passé entre les gouvernements italiens et français, et les travaux avaient commencé dix ans plus tard.

Read more at http://www.live2times.com/1965-inauguration-du-tunnel-sous-le-mont-blanc-e--5955/#U3YzdpfIZwtZtqKT.99


Le 16 Juillet 1974 Secrétariat féminin


La France se dote d'un secrétariat à la Condition féminine. Il est confié à Françoise Giroud. L'égalité homme/femme est en progrès, mais elle ne sera pleinement satisfaisante qu'au jour où ce "ministère n'aura plus de raison d'être". ( Figaroscope › Célèbre › Les chroniques historiques )


Dernière édition par EDITH246 le Jeu 6 Aoû - 17:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Mer 8 Juil - 17:25

17 juillet 1453 La guerre de Cent Ans prend fin à Castillon  

Leurs armées n'ont plus rien à voir avec les armées féodales des générations précédentes, qui furent battues à Azincourt, Poitiers, Crécy... Elles comptent des soldats professionnels, francs-archers à la solde du roi. Elles sont aussi commandées par des chefs au sang froid et dispose d'une artillerie opérationnelle : 300 bouches à feu ou «bombardes».
Castillon-la-Bataille fait la fête
Chaque été depuis 1976, les habitants de la petite ville de Castillon-la-Bataille célèbrent la bataille dans des spectacles nocturnes d'une très belle prestance, dans un décor naturel, avec cavalcades, reconstitutions en costumes, scénettes pittoresques... Les festivités se prolongent en journée avec ripaille, musique et bonne humeur.

Le 17 Juillet 1453 Guerre... et paix

L'armée du roi de France se heurte aux Anglais sur les bords de la Dordogne, près d'un petit village, Castillon. La bataille met définitivement fin à la guerre de Cent Ans. Ce long conflit débute en 1337, lorsque le roi d'Angleterre Edouard III conteste publiquement la légitimité du roi de France Philippe VI de Valois, son cousin, et revendique la couronne pour lui-même. Chaque été, les habitants de Castillon-la-Bataille célèbrent par un spectacle cette bataille mémorable. ( Figaroscope › Célèbre › Les chroniques historiques )

Le 17 Juillet 1955 Bienvenue chez Mickey

Le premier parc Disneyland est inauguré en Californie, un an presque jour pour jour après le début des travaux. La particularité de ce premier royaume enchanté est qu'il est inauguré par Walt Disney lui-même, qui avait dû emprunter de l'argent aux studios ABC pour pouvoir réaliser son rêve ! Surnommé à l'époque “la plus joyeuse place au monde", le parc connaît son âge d'or avant de se reproduire partout dans le monde et de briser le charme avec des problèmes de rendements et de déficits. Such a wonderful world...

Le 17 Juillet 1975 Mondanités spatiales

Deux capsules arrimées l'une à l'autre permettent à deux cosmonautes soviétiques et à trois astronautes américains de se rendre visite dans l'espace durant 48 heures. La collaboration pour la grande aventure spatiale fait ses premiers tours en orbite. ( Figaroscope › Célèbre › Les chroniques historiques )




Dernière édition par EDITH246 le Jeu 6 Aoû - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Dim 19 Juil - 18:03

Le 18 juillet 962 est inaugurée au Puy-en-Velay la chapelle Saint-Michel.  

Cette chapelle a la particularité d'être construite sur une cheminée de volcan d'où elle domine la cité auvergnate. Sa construction a été entreprise par l'évêque du Puy, Gothescalk (ou Godelscalc).
Cet évêque est le premier personnage important qui ait fait le pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle. En souvenir de cet illustre «jacquet» (nom donné aux pèlerins de Compostelle), les cérémonies du millénaire de la consécration de la chapelle Saint-Michel, en 1962, ont été présidées par Monseigneur Quiroga y Palacio, archevêque de Compostelle.


18 juillet 1925 : Parution de Mein Kampf  

Le 18 juillet 1925, Adolf Hitler publie le 1er premier volume de Mein Kampf (en français « Mon combat »). Le second paraîtra le 11 décembre suivant, soit un an à peine après que l'agitateur politique est sorti de la prison de Landsberg. C'est là qu'il a rédigé ce volumineux plaidoyer politique avec le
concours de son fidèle Rudolf Hesse.
Mein Kampf connaît un succès modeste jusqu'en 1929. Ensuite, son tirage va progresser rapidement et assurer une grande aisance financière à son auteur dès le début des années 1930. Il va atteindre une dizaine de millions d'exemplaires à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Une première traduction paraît en français en 1934, avec la couverture barrée d'une citation du maréchal Lyautey : « Tout Français doit lire ce livre », sous-entendu pour s'informer sur les thèses des nazis désormais au pouvoir en Allemagne : racisme, antisémitisme, antichristianisme, espace vital, revanche...
En vente libre sous réserve d'être accompagné d'un avertissement, le livre tombera dans le domaine public en 2016.

Le 18 Juillet 1936 La guerre de 1936

Le chef du parti monarchiste espagnol, Jose Calvo Sotelo, est assassiné. Les militaires déclenchent un coup d'Etat contre la République démocratiquement élue. La guerre civile enflamme rapidement le pays. Si les démocraties choisissent la neutralité, l'Allemagne et l'Italie n'ont pas ce genre d'état d'âme ; elles s'engagent du côté des putschistes. La République doit se contenter d'une aide soviétique pesante et de l'engagement d'individus de tous pays qui se constituent en Brigades internationales. La guerre mondiale qui se profile à l'horizon fait sa grande répétition dans la péninsule ibérique. En 1939, la République est écrasée dans le sang et le général Franco impose sa dictature. 600.000 morts attestent de la violence des combats ; constante des guerres fratricides. L'Espagne paie le prix fort, des deux côtés du front ce sont ses "fils" qui tombent. (Figaroscope › Célèbre › Les chroniques historiques )




Dernière édition par EDITH246 le Jeu 6 Aoû - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Lun 20 Juil - 10:25

19 juillet 1900 : Inauguration du métro de Paris



Le premier métro au monde a été construit en 1863 à Londres. Puis il y en a eu un à New York en 1868. Il fallut attendre l'Exposition Universelle de 1900 pour voir construire la première ligne de métro de Paris. Cette ligne de métro fut : Porte Maillot - Château de Vincennes.
Le 19 juillet 1900, à la faveur d'une grande Exposition universelle, Paris inaugure sa première ligne de métro. Elle relie la Porte Maillot (ouest) à la Porte de Vincennes (est). Les stations sont conçues en « style nouille » par l'architecte Guimard, selon les principes artistiques de l'Art nouveau.
C'est l'aboutissement tardif d'un vieux projet. Le premier projet d'un transport souterrain à Paris remonte en effet à 1855 mais sa réalisation a été longtemps différée et beaucoup d'autres métropoles, à commencer par Londres, ont pu construire leur propre métro avant que Paris ne s'y mette.
La réalisation des travaux est confiée à l'ingénieur Fulgence Bienvenüe dont le nom a été donné à la station de la gare Montparnasse. Les chroniqueurs de l'époque prédisent l'achèvement du réseau dans les huit ans à venir… Dans les faits, un siècle plus tard, le métropolitain continue de s'étendre et de se moderniser.
Le premier métro au monde a été construit en 1863 à Londres. Puis il y en a eu un à New York en 1868. Il fallut attendre l'Exposition Universelle de 1900 pour voir construire la première ligne de métro de Paris. Cette ligne de métro fut : Porte Maillot - Château de Vincennes.

19 juillet 1903 Le premier Tour de France cycliste



En juillet 1903, le premier Tour de France cycliste consacre le succès d'une invention vieille d'à peine deux décennies, la bicyclette, affectueusement surnommée «petite reine».
Cette épreuve va traverser les épreuves du XXe siècle sans dommage, en se renouvelant sans cesse. Elle demeure l'épreuve cycliste la plus populaire du monde.
Soixante concurrents pour la gloire
Champion cycliste et directeur du Vélodrome de Paris, Henri Desgrange fonde en 1900 un quotidien sportif, L'Auto-Vélo, plus tard condamné à ne plus s'appeler que L'Auto. En quête de nouvelles idées pour promouvoir son journal, il organise le Tour de France.
Les 60 concurrents officiels de la première épreuve partent le 1er juillet 1903 de Montgeron, en région parisienne. Vingt arrivent au terme de l'épreuve, à Paris, le 19 juillet suivant, après avoir parcouru un total de 2428 kilomètres en six étapes, via Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes.
Le vainqueur est Maurice Garin (32 ans), originaire du Val d'Aoste. Il a pédalé un total de 94 heures 33 minutes à la vitesse moyenne de 26 km/h. Faut-il le préciser ? Il n'a utilisé de l'avis des spécialistes ni EPO ni aucun autre produit dopant (à l'exception du vin...). ( herodote.net )

Le 19 Juillet 1976  Des égouts en or

Découverte de plus de 200 coffres pillés dans une succursale de la Société générale à Nice. Le montant du butin est estimé à plusieurs millions de francs. Les audacieux cambrioleurs ont profité du week-end pour creuser un tunnel à partir des égouts jusqu'à la chambre forte. Le cerveau présumé de l'affaire est un certain Albert Spaggiari.

Le 19 Juillet 1990 La fin de l'apartheid

En Afrique du Sud la ségrégation raciale est abolie dans tous les lieux publics. En juin 1991 l'apartheid, en vigueur depuis plus de quarante ans, touche à sa fin avec la disparition de l'inégale répartition des terres entre Blancs et Noirs et l'abandon du classement par races des individus à leur naissance. Le président de Klerk et Nelson Mandela en sont les grands artisans. Mais ce n'est pas pour autant que l'égalité est de vigueur en Afrique du Sud, de nombreux problèmes subsistent encore.


 19 juillet 2001 : Découverte de Toumaï

Le 19 juillet 2001, Michel Brunet, un paléontologue de Poitiers, découvre au nord du lac Tchad un crâne fossile. Vieux de 7 millions d'années, il appartient à l'homme le plus ancien connu à ce jour. Il est baptisé Toumaï par son découvreur.


Dernière édition par EDITH246 le Jeu 6 Aoû - 18:29, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   Lun 20 Juil - 10:38

Le 20 Juillet 1789 Grande peur

Depuis plusieurs années, la misère et la disette ont accru le vagabondage et le brigandage dans les campagnes françaises. Les événements de Paris et la crise politique amplifient le sentiment d'insécurité. La Grande peur se répand alors dans le pays et les paysans prennent les armes.
( Figaroscope › Célèbre › Les chroniques historiques  )



20 juillet 1969 On a marché sur la Lune  




Le 20 juillet 1969, à 20h17 (UTC, temps universel), le module lunaire Eagle de la mission Apollo XI se pose sur la Lune. L'astronaute Neil Armstrong annonce : «Houston, ici la base de la Tranquillité. L'Aigle a atterri».
Cet exploit marque l'apogée des États-Unis. Vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, ils dominent l'économie mondiale et démontrent avec Apollo XI leur supériorité technologique. Mais dans le même temps, au Vietnam, ils connaissent leurs premières déconvenues, comme un parfum d'automne...
Jeanne Lafont
Le défi soviétique
Les Soviétiques ont inauguré la course à l'espace à la fin des années 1950, au plus fort de la guerre froide. En octobre 1957, ils surprennent le monde entier en mettant en orbite le premier satellite artificiel, Spoutnik 1. En avril 1961, ils consolident leur avance en envoyant le premier homme dans l'espace, Iouri Gagarine.
Le président américain John Fitzgerald Kennedy décide alors de mettre un terme aux déboires des États-Unis. Le 25 mai 1961, il prend l'engagement devant le Congrès que les États-Unis enverront un homme sur la Lune avant la fin des années soixante. La NASA  (National Aeronautics and Space Agency), qui a été fondée le 1er octobre 1958, va tenir le pari en mobilisant près de 400.000 personnes et 25 milliards de dollars (4,4% du budget gouvernemental).
L'exploit américain
La fusée Saturn V transportant la capsule Apollo et le module lunaire Eagle (LEM) a été lancée le 16 juillet de la base de Cap Kennedy (aujourd'hui Cap Canaveral), en Floride.
Après sa mise en orbite terrestre à 190 km de la Terre, le vaisseau spatial (capsule et LEM) se détache du troisième étage de la fusée. Il se dirige vers la Lune avec les trois hommes de l'équipage à la vitesse de 39.030 km/h.
Quatre jours plus tard, une fois en orbite lunaire, le LEM se détache de la capsule et s'approche en douceur de la «mer de la Tranquillité».
Voyant que le pilote automatique se dirige vers une zone instable, le commandant Neil Armstrong, avec un sang-froid exceptionnel, repasse en manuel et cherche un endroit plus sûr où se poser. Il ne lui reste alors que quelques secondes de carburant avant la panne sèche
À 3h56, dans la nuit du 20 au 21 juillet, Neil Armstrong met le pied (gauche) sur la Lune. Un milliard d'être humains suivent l'exploit en temps réel ou presque sur leurs écrans de télévision.
À leur attention, Neil Armstrong (38 ans) lâche une phrase vouée à l'Histoire : «Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité». Précisons qu'il avait préparé cette phrase avant son départ et l'avait soumise à ses supérieurs de la NASA.
L'astronaute est rejoint un quart d'heure plus tard par Edwin «Buzz» Aldrin et avec lui plante la bannière étoilée sur la Lune.
Dans le ciel, la capsule Apollo poursuit le tour de la Lune avec à son bord le troisième homme de l'équipage, Michaël Collins. Neil Armstrong avait été désigné pour être le premier à marcher sur la Lune car il était un civil et non un militaire comme ses deux compagnons.
Le séjour sur le sol lunaire est bref, deux heures et demie à peine, le temps de prendre quelques photos souvenir et de ramasser quelques cailloux. De retour sur la Terre après un peu plus de 8 jours d'absence, les astronautes rapportent 20 kg d'échantillons de minéraux lunaires.
Cette onzième mission du programme Apollo rehausse le prestige des États-Unis qu'avaient terni la guerre froide, l'engagement au Viêt-nam et la lutte des Noirs contre la ségrégation raciale. Elle puise son origine dans la rivalité entre Américains et Soviétiques.
Cinq missions Apollo vont succéder à la mission d'Armstrong et Aldrin jusqu'au 14 décembre 1972. Depuis lors, personne n'est revenu sur la Lune marcher sur les traces laissées ce jour-là par le cosmonaute Eugen «Gene» Cernan.



Dernière édition par EDITH246 le Jeu 6 Aoû - 18:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EPHEMERIDES journalier   

Revenir en haut Aller en bas
 
EPHEMERIDES journalier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Trouvé au hasard de mes recherches... Profession mendiant
» Hôtesse d'accueil
» Jardiner avec la lune
» ELO???? PEUX TU M EN DIRE PLUS S IL TE PLAIT???
» bilan sur mes objectifs journalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ici on joue tout simplement :: Cartes postale : Bonjour à tous-
Sauter vers: