ici on joue tout simplement
Bienvenue sur "ici on joue tout simplement"

ici on joue tout simplement

Venez jouer et créer vos jeux, et POURQUOI PAS DISCUTER DE TOUT ET DE RIEN,
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LITTERATURE, POESIES,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 13 Fév - 15:26

sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny

L'arc-en-ciel

De sa cage de nuages et de pluie
Un bel oiseau s'est évadé
pour se poser sur les doigts du soleil

Bleu indigo violet
Vert jaune orangé rouge

Plus un enfant ne bouge
Le bel oiseau a déployé
Ses plumes sur le ciel

Robert BESSE

sunny
Revenir en haut Aller en bas
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 13 Fév - 15:50

LE SOLEIL BRILLE!
Le soleil brille toujours
Si on regarde bien on verra,
même dans la journée la plus sombre...
Un petit rayon de soleil...
Qui guide nos pas...
On peut le trouver...
Dans un sourire amical...
ou dans un simple "Bonjour" Chaleureux.
Si on regarde bien, on le verra...
Presque partout sur son chemin.
Il suffit de découvrir des moyens,
souvent très simples,
de laisser le soleil percer,
Le bonheur est comme le soleil:
Il arrive parfois de derrière les nuages,
Mais n'empêche qu'il est...
Toujours présent quand même!
( auteur anonyme )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Jeu 14 Fév - 11:33

flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower
LE JARDIN

Des milliers et des milliers d'années
Ne sauraient suffire
Pour dire
La petite seconde d'éternité
Où tu m'as embrassé
Où je t'ai embrassée
Un matin dans la lumière de l'hiver
Au parc Montsouris à Paris
A Paris
Sur la terre
La terre qui est un astre.


Jacques Prévert


flower I love you flower I love you flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 27 Fév - 5:43

Victor HUGO (1802-1885)

Demain, dès l'aube...

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Revenir en haut Aller en bas
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 27 Fév - 9:57


L'unique oublie
Ai-je vraiment réalisé d'avoir tout perdu,
Je semble oublier de vous avoir tant connu.
Pourquoi aucune larmes ne coulent sur mes joues ?
Pourtant je vous vous aime et vous aimerez toujours.

Je suis triste, la nuit, que vous ne veniez plus ;
Tellement triste, de vous savoir si loin de nous.
Mais la tristesse ne provoque pas les larmes,
Les larmes ne prouvent rien que de la tristesse.

Et moi, je suis là, évoquant tout nos souvenirs,
Nos peines, nos ennuis, nos regrets et nos folies,
Oubliant tout ces pleurs qui nous ont fait si mal
Et j'en conclus quelque chose de très banal

C'est que...

Dans la vie, on ne peut, on ne peut qu'oublier
Oublier seulement, oublier de pleurer

( auteur anonyme )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 27 Fév - 12:19

flower flower flower
ô ma mémoire la poésie, ma nécessité

C'était, comme si le ciel
avait embrassé la terre,
comme si dans la clarté des fleurs
elle ne pouvait rêver que de lui.

L'air s'étendait sur les champs,
les blés ondoyaient gracieusement,
les forêts bruissaient doucement,
la nuit était claire d'étoiles.

Et mon âme étendait
largement ses ailes
volait au dessus des campagnes calmes
comme si elle revenait chez elle.

Stéphane HESSEL
flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 27 Fév - 13:12

-TOI...
Que je rêve de prendre dans mes bras
Depuis si longtemps déjà
Ce soir, je te fais un cadeau
Pour la première fois
Je laisse tomber les virgules et les mots
Et je te rejoints dans ton monde à toi
Je ferme tendrement les yeux
Et de tout mon coeur je fais le voeu
Qu'un jour dans l'au-delà
Peut-être tu me reconnaîtras


( auteur anonyme )
Th
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Lun 4 Mar - 13:51

Les oiseaux déguisés

Tous ceux qui parlent des merveilles
Leurs fables cachent des sanglots
Et les couleurs de leur oreille
Toujours à des plaintes pareilles
Donnent leurs larmes pour de l'eau

Le peintre assis devant sa toile
A-t-il jamais peint ce qu'il voit
Ce qu'il voit son histoire voile
Et ses ténèbres sont étoiles
Comme chanter change la voix

Ses secrets partout qu'il expose
Ce sont des oiseaux déguisés
Son regard embellit les choses
Et les gens prennent pour des roses
La douleur dont il est brisé

Ma vie au loin mon étrangère
Ce que je fus je l'ai quitté
Et les teintes d'aimer changèrent
Comme roussit dans les fougères
Le songe d'une nuit d'été

Automne automne long automne
Comme le cri du vitrier
De rue en rue et je chantonne
Un air dont lentement s'étonne
Celui qui ne sait plus prier

Louis Aragon

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Lun 11 Mar - 7:00

LA JOLIE ROUSSE
Me voici devant tous un homme plein de sens
Connaissant la vie et de la mort ce qu'un vivant peut connaître
Ayant éprouvé les douleurs et les joies de l'amour
Ayant su quelquefois imposer ses idées
Connaissant plusieurs langages
Ayant pas mal voyagé
Ayant vu la guerre dans l'Artillerie et l'Infanterie
Blessé à la tête trépané sous le chloroforme
Ayant perdu ses meilleurs amis dans l'effroyable lutte
Je sais d'ancien et de nouveau autant qu'un homme seul
pourrait des deux savoir
Et sans m'inquiéter aujourd'hui de cette guerre
Entre nous et pour nous mes amis
Je juge cette longue querelle de la tradition et de l'invention
De l'Ordre de l'Aventure
Vous dont la bouche est faite à l'image de celle de Dieu
Bouche qui est l'ordre même
Soyez indulgents quand vous nous comparez
A ceux qui furent la perfection de l'ordre
Nous qui quêtons partout l'aventure
Nous ne sommes pas vos ennemis
Nous voulons nous donner de vastes et d'étranges domaines
Où le mystère en fleurs s'offre à qui veut le cueillir
Il y a là des feux nouveaux des couleurs jamais vues
Mille phantasmes impondérables
Auxquels il faut donner de la réalité

Nous voulons explorer la bonté contrée énorme où tout se tait
Il y a aussi le temps qu'on peut chasser ou faire revenir
Pitié pour nous qui combattons toujours aux frontières
De l'illimité et de l'avenir
Pitié pour nos erreurs pitié pour nos péchés
Voici que vient l'été la saison violente
Et ma jeunesse est morte ainsi que le printemps
O Soleil c'est le temps de la raison ardente
Et j'attends
Pour la suivre toujours la forme noble et douce
Qu'elle prend afin que je l'aime seulement
Elle vient et m'attire ainsi qu'un fer l'aimant
Elle a l'aspect charmant
D'une adorable rousse
Ses cheveux sont d'or on dirait
Un bel éclair qui durerait
Ou ces flammes qui se pavanent
Dans les roses-thé qui se fanent
Mais riez de moi
Hommes de partout surtout gens d'ici
Car il y a tant de choses que je n'ose vous dire
Tant de choses que vous ne me laisseriez pas dire
Ayez pitié de moi

Guillaume Apollinaire

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mar 12 Mar - 0:01

"Alea jacta est":
Le sort en est jeté,
Conclut César quand la peste
Fit refluer son armée...

(quatrain loufoque inventé ce soir par Thiti!)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mar 12 Mar - 9:11

COMBATS INTIMES

Seras-tu de l'amour l'éternelle pâture ?
A quoi te sert la volonté,
Si ce n'est point, ô cœur, pour vaincre ta torture,
Et dans la paix enfin, plus fort que la nature,
T'asseoir sur le désir dompté,

Ainsi qu'un bestiaire, après la lutte, règne
Sur son tigre qui s'est rendu,
Et s'assied sur la bête, et, de son poing qui saigne
La courbant jusqu'à terre, exige qu'elle craigne
Alors même qu'elle a mordu ?

Et comme ce dompteur, seul au fond de la cage,
Ne cherche qu'en soi son appui,
Car nul dans ce péril avec lui ne s'engage,
Et nul ne sait parler le tacite langage
Que le monstre parle avec lui,

Ainsi, dans les combats que le désir te livre,
Ne compte sur personne, ô cœur !
N'attends pas, sous la dent, qu'un autre te délivre !
Tu luttes quelque part où nul ne peut te suivre,
Toujours seul, victime ou vainqueur.

René-François SULLY PRUDHOMME (1839-1907)

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mar 12 Mar - 15:14

"Le coeur a ses raisons que la raison ignore" 🤡 🤡 🤡 I love you I love you I love you I love you I love you sunny sunny sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 13 Mar - 7:35


sunny flower sunny flower sunny
L'homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n'a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

Charles Baudelaire

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 13 Mar - 8:17

J'aime beaucoup de poème, merci Telle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 13 Mar - 8:32

loulou a écrit:
J'aime beaucoup de poème, merci Telle.
Merci Loulou, tu m'encourages dans mes recherches de poèmes pour vous faire plaisir à tous...
Question TELLE flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Ven 15 Mar - 8:08

flower
Artichaut de l’espoir

Patauger dans une mare noire, fine
Suivant le chant du corbeau
Qui nous ronge au plus profond de notre âme
:cherry: Rouge :cherry:
Comme un éclat rubis d’une mouette blessée
Je t’ai cueilli le jour de tes rubicondes solitudes
Comme un soupir qui s’éparpille dans la lenteur
sunny Jaune sunny
La vie débute au chant du coq
Désormais je ne suis plus seule.
flower Bleu flower

Sybille Rembard
flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Edith admire les fleurs   Sam 16 Mar - 15:05

A l'aube de ce jour
D électe toi de tes rêves,
M ais c'est bientôt le printemps,
I mprégne toi de ces images colorées de
R ouge, blanche, bleue encrées dans vos souvenirs
E t comme sont belles, ferme les yeux,
R espire, ton imaginaire fait le reste..

L es parfums voluptueux te reviennes,
E t doucement, t'enveloppe l'esprit.
S agement, patiemment, attends...

F leurs merveilleuses, jaunes, roses,
L égèrement aromatisent l'air ambiant.
E t c'est pour toi Edith, délicieuse amie, qui,
U nique, me remémore tout ce merveilleux et
R avissant décor champêtre.
S ouris, tu sera ma première jonquille.
**poètamateur


Dernière édition par poetamateur le Dim 17 Mar - 7:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Dim 17 Mar - 7:09

flower
Invocation à Vénus

Mère des fils d’Énée, ô délices des Dieux,
Délices des mortels, sous les astres des cieux,
Vénus, tu peuples tout : l'onde où court le navire,
Le sol fécond : par toi tout être qui respire
Germe, se dresse, et voit le soleil lumineux !
Tu parais... A l'aspect de ton front radieux
Disparaissent les vents et les sombres nuages :
L’océan te sourit ; fertile en beaux ouvrages,
La Terre étend les fleurs suaves sous tes pieds ;
Le jour brille plus pur sous les cieux azurés !
Dès qu'Avril reparaît, et, qu'enflé de jeunesse,
Prêt à porter à tous une douce tendresse,
Le souffle du zéphyr a forcé sa prison,
Le peuple aérien annonce ta saison :
L'oiseau charmé subit ton pouvoir, ô Déesse ;
Le sauvage troupeau bondit dans l'herbe épaisse,
Et fend l'onde à la nage, et tout être vivant,
À ta grâce enchaîné, brûle en te poursuivant !
C'est toi qui, par les mers, les torrents, les montagnes,
Les bois peuplés de nids et les vertes campagnes,
Versant au cœur de tous l'amour cher et puissant,
Les portes d'âge en âge à propager leur sang !
Le monde ne connaît, Vénus, que ton empire !
Rien ne pourrait sans toi se lever vers le jour :
Nul n'inspire sans toi, ni ne ressent d'amour !
À ton divin concours dans mon œuvre j'aspire ...

A. Rimbaud



A quand le PRINTEMPS ?flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 20 Mar - 18:42

TELLE a écrit:
flower
Invocation à Vénus

Mère des fils d’Énée, ô délices des Dieux,
Délices des mortels, sous les astres des cieux,
Vénus, tu peuples tout : l'onde où court le navire,
Le sol fécond : par toi tout être qui respire
Germe, se dresse, et voit le soleil lumineux !
Tu parais... A l'aspect de ton front radieux
Disparaissent les vents et les sombres nuages :
L’océan te sourit ; fertile en beaux ouvrages,
La Terre étend les fleurs suaves sous tes pieds ;
Le jour brille plus pur sous les cieux azurés !
Dès qu'Avril reparaît, et, qu'enflé de jeunesse,
Prêt à porter à tous une douce tendresse,
Le souffle du zéphyr a forcé sa prison,
Le peuple aérien annonce ta saison :
L'oiseau charmé subit ton pouvoir, ô Déesse ;
Le sauvage troupeau bondit dans l'herbe épaisse,
Et fend l'onde à la nage, et tout être vivant,
À ta grâce enchaîné, brûle en te poursuivant !
C'est toi qui, par les mers, les torrents, les montagnes,
Les bois peuplés de nids et les vertes campagnes,
Versant au cœur de tous l'amour cher et puissant,
Les portes d'âge en âge à propager leur sang !
Le monde ne connaît, Vénus, que ton empire !
Rien ne pourrait sans toi se lever vers le jour :
Nul n'inspire sans toi, ni ne ressent d'amour !
À ton divin concours dans mon œuvre j'aspire ...

A. Rimbaud



A quand le PRINTEMPS ?flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower
MERCI, TELLE pour ce magnifique poème d'un de nos plus grands écrivains, poème que j'avais appris au lycée, mais oublié jusqu'à lundi où je l'ai découvert et à ce jour où ai eu plaisir à le relire. Encore et encore. Mille mercis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 20 Mar - 21:42

B onjour, maman, grosses bises en ce jour de fête,
O n ne peut pas oublier ce parent dont
N otre chair est sienne.
N aitre de ce ventre, je me remémore;
E n quelques instants, les larmes me montent aux yeux.

F ragile, tu parais. toujours joyeuse même quand tu es
E n souffrance, douleurs pour toi, douleurs pour nous,
T ant de nuits blanche se sont gravées sur ton visage.
E t tes beaux cheveux blonds ont passés.

M ême si un jour tu quittes la vie
A u-delà de ma douleur rien n’est fini
M on étoile tu seras et brillera à l’infini
A nge du ciel, tu veilleras sur ma vie
N e pas pleurer, pas si facile... Maman Chérie.

**poètamateur
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Mer 20 Mar - 22:35

B arbons les féministes en refaisant vrai fête
O
ubliée volontairement ou hypocritement aux géniteurs
N on seulement éducateurs
N i reconnus et tellement peu maintenant que défaite
E nfants-rois pas assez repris et parfois dans le bons sens corrigés
F essée morale ou physique pères fouettés et non fouettards
E n plein désarroi dans société matrimoniale plus voir leurs moutards
T rop désespérés montent sur des grues géantes à Nantes
E t menacent leurs propres vies pour leurs droits d'amour et d'entente
P auvres hommes méritant tout autant leurs enfants
A cause non seulement de leur don de sperme
P pour cause aussi d'amour paternel à offrir sans terme..
A ugurons que les bonnes volontés l'emporteront enfin!!!

(cette ballade acrostiche est dédiée non seulement aux 97% et des brouettes de pères lésés mais aussi à tous les GRANDS-PERES aussi privés)
Revenir en haut Aller en bas
EDITH246
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
avatar

Messages : 4350
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 67
Localisation : à 500 mettre d'ici

MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Jeu 21 Mar - 11:05

LETTRE A MES PARENTS

Votre douceur m’extasie de jour en jours
Et je ne pourrais me passer de votre amour
Qui me fait vivre tel un moteur puissant
Car vous m’avez offert un peu de votre sang
Vous m’avez donné la vie et l’amour
Et je m’en souviendrais toujours.
Vous me donné la force d’aller jusqu’au bout
Et votre volonté m’aide à effacer tous
Mes faux espoirs, mes doutes, mes remords
Et chaque jour je vous aime encore plus fort
Votre force vous a fait tout accepter
Et le mal que je vous ai fait
J’en éprouve encore des regrets
Mais sans un mot vous m’avez pardonné
Je vous oublierais jamais
Et je vous aimerais jusqu’à la fin de l’éternité.

( Auteur anonyme )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Jeu 21 Mar - 11:26

très émouvant....................
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Ven 22 Mar - 1:02

un pti tour chez Ferré...Léo..à écouter en entier,magnifique ode
Tu peux vetir ta muse
ou la laisser à poil
l important est ce que
ton ventre lui injecte...

Le ver est libre enfin
et la rime en congé
on va pouvoir poétiser
le prolétaire...

poètes,vos papiers!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    Ven 22 Mar - 7:49

suite...

Ses seins oblitérés par ton verbe arlequin
Gonfleront goulûment la voile aux devantures
Solidement gainée ta lyrique putain
Tu pourras la sortir dans la Littérature

....

je suis un fan de Mr Férré.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LITTERATURE, POESIES,    

Revenir en haut Aller en bas
 
LITTERATURE, POESIES,
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Recherche cours Master 2 Litterature de jeunesse - Maine
» La Littérature et la Marine
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques
» vive la littérature équitable !!
» Problème Linguistique (Conjugaison)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ici on joue tout simplement :: Les forums de ICI ON JOUE TOUT SIMPLEMENT :: LITTERATURE, POESIES,-
Sauter vers: